Rechercher

Être jeune et entreprendre : c'est possible


Entreprendre en 2021

Lucie Basch, Louis Lefevre ou encore Louis Debouzy, ces noms ne vous disent rien ? Pourtant vous connaissez sûrement leurs entreprises, ils sont respectivement fondateurs de TooGoodToGo, La tête dans les nuages et Amabilis. Mais au-delà de leur volonté de monter leur projet, ces trois entrepreneurs partagent une caractéristique commune, ils sont tous les trois entrepreneurs de moins de 30 ans. Alors que la crise sanitaire de la Covid-19 a renforcé le sentiment d’incertitude chez les jeunes à propos des perspectives d’emploi, l’entrepreneuriat peut apparaître pour certains comme la solution pour leur avenir.


Quel est le profil d’un jeune entrepreneur ?


Nous nous sommes intéressés à la classe d’âge des 15-35 ans proposée par l’INSEE. Selon une enquête menée par le MOOVJEE (Mouvement pour les jeunes et les étudiants entrepreneurs) l’entrepreneuriat séduit de plus en plus, près d’un jeune sur deux a pour projet à terme de créer sa propre entreprise ou d’en reprendre une existante. L’enquête montre que les jeunes pensent être en capacité de réussir grâce à plusieurs caractéristiques comme l'autonomie, une idée innovante et le soutien de leur proche... Un enthousiasme indéniable qui ne les empêche pas de se questionner sur la faisabilité de la création d’entreprise.


Jeunes entrepreneurs

Monter son projet, une aventure qui peut faire peur


Malgré cette envie d’entreprendre, les jeunes porteurs de projets font face à certains freins et craintes qui peuvent leur faire peur. Les principales raisons évoquées sont la faiblesse des moyens financiers, le manque d’expérience et d'informations sur les dispositifs d’accompagnement qui existent. A travers leur témoignage, nous pouvons nous rendre compte que pour eux un véritable flou gravite autour du monde de la création d’entreprise.


Des jeunes qui souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat pour différentes raisons


Les motivations pour entreprendre chez les jeunes sont larges et n’entrent pas dans un cadre défini. Beaucoup se cherchent et ne sont pas totalement certains de ce qu’ils veulent faire plus tard dans leur vie. Se lancer est un moyen pour eux de tester des expériences et pour certains de trouver un métier qui les passionne. Dans une société où la valeur du travail évolue et les risques psychosociaux sont omniprésents (depuis le début de la crise sanitaire 50% des salariés se disent en détresse psychologique), les jeunes peuvent percevoir la création d’entreprise comme une échappatoire à ce phénomène. L’entrepreneuriat est également un moyen de s’accomplir en tant qu’individu. Quand on s’intéresse à la typologie des projets portés par les jeunes, nous pouvons remarquer que la plupart ont pour ambition d’avoir un impact sociétal.


L’entrepreneuriat est aussi un moyen pour les jeunes de ne pas être confrontés à la difficulté du premier emploi. Avec un taux de chômage chez les jeunes diplômés qui ne cessent de croître et un âge moyen situé à 27 ans pour le premier emploi, le marché du travail est pour certain une véritable source d’angoisse. Monter sa société leur permet d’assurer l’entrée dans la vie active au moment de la sortie d’études.


Jeunes travailleurs

Le développement d’outils qui permet aux jeunes de pouvoir se lancer plus sereinement


Pour les millennials, Internet est une seconde nature, ils y puisent les informations dont ils ont besoin et ont la possibilité de se former pour acquérir les compétences qui leur manquent.


L’Etat joue un rôle primordial dans la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes. Différentes aides ont été mises en place pour les soutenir

.

Le programme d’accompagnement "Je deviens entrepreneur" (anciennement Créa’Jeunes) concerne tous les jeunes ayant entre 18 et 32 ans et leur permet d’avoir accès à des formations et à un entourage constitué de professionnels. Ils peuvent aussi prétendre à la prise en charge de toutes les dépenses qui concernent la préparation et le lancement du projet.


Pour les étudiants de moins de 28 ans, il existe le statut d’étudiant entrepreneur permettant de garder le statut d’étudiant la première année de création d’entreprise et d’avoir accès différents avantages liés au pôle PEPITE. Leur entreprise bénéficie quant à elle du statut de jeune entreprise universitaire profitant d’avantages fiscaux.


Les demandeurs d’emplois de moins de 26 ans peuvent quant à eux bénéficier de l’aide Cap’Jeunes. Cette offre donne droit à l’accompagnement de France Activité et 2000€ pour consolider leur capital. En revanche pour cette aide il y a des conditions à respecter comme un plan de financement qui ne dépasse pas 50 000€.


Des structures qui sont présentes pour soutenir l’entrepreneuriat et les jeunes


Depuis quelques années, les jeunes peuvent suivre un cursus dans l’enseignement supérieur avec des parcours spécialisés dans l’entrepreneuriat. Beaucoup d’universités proposent à partir du master des formations adaptées pour réussir dans l’entrepreneuriat.

En parallèle des cours, les facultés proposent des structures ou des ateliers pour stimuler l’esprit entrepreneurial des jeunes en leur mettant à disposition un réseau et un accompagnement qui facilitera le développement de leur idée.


Une tendance est apparue ces dernières années qui a révolutionné la vie des jeunes entrepreneurs, les espaces de coworking. Cette solution est adaptée pour les créateurs d’entreprises recherchant un cadre propice au travail avec un coût de location raisonnable.

Travailler dans un espace de coworking signifie aussi être en contact avec d’autres entrepreneurs et faire de nouvelles rencontres pour développer un réseau qui peut s’avérer utile selon leur spécialité et leur domaine de compétences.


Les incubateurs de start-ups sont aussi pour les jeunes une option intéressante car ils bénéficient d’un accompagnement et d’outils professionnels.

L’avantage pour les jeunes est que cette solution propose un cadre rassurant et qui est là pour les aider et répondre aux questions qu’ils pourraient se poser.



En 2021, toutes les conditions sont favorables à l’entrepreneuriat pour les jeunes. Les avancées techniques, les infrastructures, les institutions et le contexte social encouragent le passage à l’acte des 15-35 ans. Cela nous promet de belles réussites dans les années à venir.



11 vues