Rechercher

Télétravail : 7 conseils pour convaincre son employeur de vous l'accorder

par Gabrielle de Loynes pour Welcome to the Jungle



RER bondé et bloqué tous les matins, bouchons interminables, trafic perturbé par la neige, épidémies de rhumes dans le métro… parfois vous vous passeriez bien de venir au travail quelques jours par semaine. Et, après tout, ne seriez-vous pas plus efficace sans les trois pauses-café réglementaires, les papotes entre collègues et les déjeuners d’équipe à rallonge ?

En France, seuls 12% des salariés pratiquent le télétravail, tandis que 61% y aspirent. Des statistiques qui nous placent une fois encore bien loin derrière les pays anglo-saxons et nordiques. Il semble pourtant que les mentalités évoluent. Et, selon une récente étude Ifop, plus de 7 managers sur 10 sont prêts à laisser leurs salariés travailler à distance. Voici sept conseils pour convaincre votre employeur d’accepter le télétravail.


Le télétravail c’est quoi ? Ça concerne qui ?

Qu’il soit à plein temps ou à raison d’un ou deux jours par semaine, le télétravail consiste à exercer ses tâches professionnelles hors de l’entreprise : chez soi ou dans un tiers-lieux. En coworking, dans un lieu perdu en pleine campagne, dans votre café préféré ou dans une maison avec vue sur mer, peu importe où il se pratique du moment que vous êtes dans de bonnes conditions pour travailler.

Depuis l’ordonnance Macron du 22 septembre 2017 relative à la prévisibilité et à la sécurisation des relations de travail, communément appelée « loi pour le renforcement du dialogue social », le droit au télétravail est simplifié. Cela concerne tous les salariés privés français (en poste depuis plus d’un an). Il peut maintenant être mis en place par un simple accord (écrit ou oral) entre l’employeur et le salarié. L’employeur peut cependant le refuser, mais doit justifier son refus. Enfin, depuis cette réforme, sachez qu’un accident survenu sur le lieu du télétravail, pendant l’exercice de l’activité professionnelle est assimilé à un accident du travail.

Cependant, restez conscient qu’il ne s’agit pas d’un aménagement du temps de travail, mais d’une nouvelle organisation du travail. Le télétravail n’a pas d’incidence sur le décompte des heures de travail effectives. Maintenant que vous avez bien saisi les bases du concept, il ne reste plus qu’à convaincre votre employeur de vous l’accorder !


1. Analysez votre situation

L’erreur classique à éviter est de donner des excuses “non recevables” à votre employeur : « j’en ai marre des galères du RER » ou « voir la tête de Gilles tous les matins devient vraiment pénible » … Bien que crédibles, ces explications sont trop personnelles pour un cadre professionnel. Votre employeur pourrait vous rétorquer que ce n’est pas son problème si vous avez choisi de vivre à une heure et demi de votre bureau et qu’on n’est pas au boulot pour se faire des copains. Alors, prenez de la hauteur. Votre projet personnel doit paraître mûrement réfléchi.

Préparez votre demande en analysant votre situation

Étudiez la politique de votre entreprise face au télétravail : est-ce que d’autres collègues le pratiquent ? Ont-ils obtenu ce droit facilement ? À quelle fréquence est-ce admis ?

Faites la liste de vos tâches professionnelles : sont-elles réalisables à distance ? De quoi avez-vous besoin (connexion Internet, livres, accès à un site protégé ou une base de données, vos collègues) ? Votre éligibilité au télétravail dépend pleinement de cette autonomie.